Klod Amar & Bernadette Wiener

 

Reflets de mémoires

Il n’existe pas de culture spontanée, apparue du jour au lendemain.

Notre civilisation actuelle est le fruit d’une longue évolution : il s’agit d’un ensemble de valeurs, de repères, de symboles, combinés et adaptés les uns aux autres en fonction du présent, du contexte,… de la survie.

Les fondements de nos références se perdent dans la nuit des temps.

A l’origine, il y a l’homme et ses peurs, l’homme et ses rêves, l’homme et ses voyages. Il y a aussi les astres, le rythme des saisons, la vie qui défile, de la naissance à la mort…

Parfois, mystérieux, ces échos résonnent encore jusqu’à aujourd’hui dans nos mémoires :

Venues du fond des âges ou de différentes contrées, ces sensations enfouies au plus profond de nos esprits nous guident, nous animent et parfois nous réveillent avec la violence d’une porte ouverte par l’orage…

Suivez le parcours scénographique réalisé par les artistes Klod Amar et Bernadette Wiener entre le Centre de l’Architecture & du Patrimoine et la chapelle du Collège pour découvrir nos « reflets de mémoires »…

Deux artistes à la recherche de nos mémoires enfouies.

En quoi l’art contemporain peut-il éclairer notre passé ?

En quoi les créations artistiques peuvent-elles révéler un patrimoine oublié ?

Ces deux interrogations traversent les œuvres de Klod Amar et Bernadette Wiener. Deux artistes, deux femmes, deux vies mais un seul parcours : interroger l’homme, sa spiritualité et creuser la matière, la retrancher dans ses limites comme pour mieux dévoiler la complexité humaine. Cette humanité pourtant si difficile à appréhender… Comme tout un chacun, Klod Amar et Bernadette Wiener en partagent les joies et les doutes, les grandeurs et les difficultés, la force et la sensibilité.

Et lorsque vous cherchez Bernadette, vous trouvez Klod (et vice-versa)…

Unies comme les deux faces d’une même pièce, l’une a choisi la sculpture et le volume pour s’exprimer, tandis que l’autre traduit en dessins sa pensée. Tandis que Klod mène une réflexion sur les vierges noires et les palimpsestes, Bernadette poursuit ses recherches sur la signification des lettres et des mots, tant dans la spiritualité juive que dans le monde médiéval.

Et si, l’humanité, au lieu de différences, n’offrait que des complémentarités, des mémoires qui se feraient écho ?

Klod Amar vit et travaille à Pontoise.

Après des études à la section peinture de l’école des Beaux-Arts de Paris et à la Scuola Internazionale di Grafico de Venise, Klod s’est spécialisée dans la peinture du vivant à la quête des âmes humaines, dans un style sans compromis. Elle expose depuis plus de 20 ans dans de nombreux salons, musées, galeries français et européens.

Parmi ses installations les plus remarquables, on peut citer « Traces d’Hier – Signes d’Aujourd’hui » au Dépôt de la Villette, Paris – 1989, « Les Poupées » à la galerie Béatrice Soulié, Paris – 2005, « Palimpseste » à l’Hôtel de Monthiers, Pontoise – 2009. 

Elle a également dirigé des projets collaboratifs et pédagogiques à la Maison des femmes de Cergy-Pontoise, à la maison d’arrêt du Val d’Oise ainsi que dans plusieurs collèges franciliens.

Bernadette Wiener vit et travaille à Us-en-Vexin.

Plasticienne-céramiste, elle s’est formée au dessin d’art et technique à l’ESAA Duperré à Paris. Elle possède également une maîtrise en arts plastiques de l’université Paris I. Spécialisée dans le travail du grès, de l’argile, ainsi que dans la chimie des émaux, Bernadette allie simplicité des formes à une fascination pour le cosmos et l’histoire de l’art. Ses sculptures sont en effet enrichies d’éléments naturels ou figuratifs, tantôt poétiques, comiques et parfois irrévérencieux, en référence aux Fatrasies, poèmes médiévaux à la forme rigoureuse et au contenu irrationnel.

Parmi ses installations les plus remarquables, on peut citer « Dialogues d’exilés », au Théâtre 95, Cergy – 2005, « L’art est dans le pré », au Parc des Enclos, Deauville – 2007, « Chemin d’artistes, chemins d’églises » à Us en 2008.

Ensemble, elles ont participé aux expositions « Galeries fugitives », la Perrière – 2003, « Monuments hystériques », la Perrière – 2004, « Grisy Code », Grisy-les-Plâtres – 2009, « Arrivage spécial » à la galerie de l’Arrivage, Troyes – 2010, « Oksébô les Duos » au château de la Roche-Guyon, 2013.